L’émergence d’un nuisible, peste et recomposition des communautés “anthropocanines” (Marseille, 1720-1759)

La peste de Marseille (1720-1722) constitue un événement traumatique engendrant d’importantes mutations démographiques, sociales, culturelles. Parmi celles-ci, les chiens, vecteurs supposés de la maladie, apparaissent progressivement comme des agents mettant en péril l’harmonie de la cité. Les mesures anticanines prises par la municipalité n’apparaissent pourtant que bien après la fin de l’épidémie. Comment comprendre ce décalage ? Existe-t-il un lien entre la survenue du fléau et l’émergence plus tardive de cette réglementation?

Louis Fabritius Dubourg, Roman Soldiers Defending a City Plagued by Famine, 1734, dessin, Met Museum, New York.

IVe rencontres internationales Des bêtes et des hommes « Les animaux sont dans la place, la longue histoire d’une cohabitation », Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis/Calhiste, Valenciennes, 11-12 mai 2017.

Résumé de la communication

Nombre de récits relatant la peste de Marseille dépeignent la période en recourant à des images cauchemardesques au premier rang desquelles se retrouve systématiquement la gente canine. Telles des métonymies du fléau, les chiens errants font l’objet de représentations qui stimulent tout à la fois un imaginaire négatif et des pratiques inédites. Paradoxalement, il faut attendre la seconde moitié du XVIIIe siècle pour que le contrôle de ces animaux soit pleinement pris en charge par la municipalité. Plus encore, la première ordonnance marseillaise exclusivement consacrée à la question, datant de 1759, éclaire la problématique sans pour autant faire référence à l’épisode de peste. À la même époque, fleurissent en de multiples lieux des mesures similaires. Le cas marseillais est-il alors à placer uniquement dans cette dynamique générale ou est-il l’aboutissement d’un processus parallèle lié à l’épidémie ? Une étude des récits du fléau ainsi qu’une attention portée aux archives de police de la période orientent la réflexion vers cette seconde hypothèse. De nouveaux équilibres entre populations humaines et canines semblent en effet se manifester entre 1720 et 1759 conduisant à la recomposition des communautés « anthropocanines » (D. Guillo).

Plan de la communication

  1. Un espace à assainir, un animal à contenir ? (1720-1722)
    • Les chiens, métonymies du fléau
    • Les chiens, vecteurs du fléau
    • chiens et “registre de peste”1
  2. L’émergence tardive de la question canine dans la législation marseillaise (1729-1759)
    • La rage au second plan
    • Encadrer les abattoirs, des considérations indirectes mais essentielles
    • L’ordonnance de 1759, référence et aboutissement
  3. De silencieuses mutations au lendemain du désastre (1722-1729)
    • Les chemins de la ville, l’afflux des populations canines
    • Nouveaux comportements dans l’espace urbain, nouvelles pratiques de la propriété

Publication

Porte E., “L’émergence d’un nuisible, peste et recomposition des communautés “anthropocanines” (Marseille, 1720-1759)” in Guizard F., Beck C. (dir.), Les animaux sont dans la place, la longue histoire d’une cohabitation, Amiens : Encrage Edition, 2019, p. 61-76.

Sommaire

  1. F. Beauvieux, « Épidémie, pouvoir municipal et transformation de l’espace urbain : la peste de 1720-1722 à Marseille », Rives méditerranéennes, n° 42 (2012), p. 29-50. []

Emmanuel Porte

Je suis doctorant en histoire moderne à l’UMR 7303 TELEMMe. Dans le cadre de mon contrat doctoral, je suis également allocataire de recherche à la Casa de Velázquez. Depuis septembre 2017, je réalise une thèse sur la coexistence des hommes et des animaux charognards dans les villes françaises et espagnoles (1700-1835) sous la direction de Brigitte Marin (TELEMMe, Aix-Marseille Université) et de Eva Botella Ordinas (Universidad Autónoma de Madrid).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.