Une zoonose comme métaphore. Une lecture anthropologique de la rage dans l’Espagne des Lumières

Comment la rage unit-elle les existences humaines et animales ? À travers l’étude de traités scientifiques espagnols du siècle des Lumières transparaît un rapprochement des êtres tant dans les pratiques que dans les représentations. Le partage d’une même maladie travaille ainsi la frontière conceptuelle qui sépare l’homme de l’animal.

A dog with rabies1

Colloque « La rage dans tous ses états : des approches antiques aux recherches actuelles », MuCEM/CPAF-TDMAM, Marseille, 28-29 septembre 2017.

Résumé de la communication

La rage est une maladie de l’entre-deux. Zoonose, elle est un point de convergence entre l’homme et l’animal. Pathologie aux symptômes divers, elle affecte tant le corps que l’esprit. Cette particularité fait de la rage plus qu’une maladie, une peur dont la réalité est indissociable de l’imaginaire qui l’accompagne. Une lecture anthropologique, s’intéressant à des phénomènes intériorisés, marquée par la dialectique entre représentations et pratiques, complète l’étude de la rage. Plus encore, c’est le système pathologique – la maladie, ses vecteurs, ses victimes – qu’il convient de saisir, soulignant la stigmatisation réciproque de chaque élément. Le mal mystérieux, objet des médecins et des saludadores, la bête hydrophobe monstrueuse et l’homme enragé animalisé font l’objet de discours dessinant une pathologie de la frontière. Tant dans les campagnes, comme fléau des cheptels et des villages, que dans les villes, à travers unevolonté de sécurisation et d’assainissement, la maladie apparaît comme une préoccupation certaine pour les hommes du XVIIIe siècle espagnol. Ce système n’est pour autant pas figé. Face aux stigmatisations et aux superstitions émergent des regards compatissants. Raison et empathie éclairent de nouvelles dynamiques, de nouvelles appréhensions. Si les métaphores de la rage s’estompent, elles ne sauraient pour autant, pour l’heure, disparaître.

Plan de la communication

  1. L’énigme de la rage
    • Une maladie méconnue
    • Objet du savant, objet du « charlatan »
    • Une maladie de la transgression
  2. Un coupable évident, l’incrimination de l’animal mordeur
    • Entre démence et monstruosité, imaginaire d’un fautif
    • Un acte transgressif et pathogène, la morsure
    • La traque ou la pitié, des attitudes ambivalentes
  3. Un regard sur les victimes, la transfiguration de l’enragé
    • L’enragé et le thérianthrope, l’animalisation du malade
    • L’enragé et le paria, la marginalisation du malade
    • Un regard changeant, l’émergence d’une compassion à l’égard de l’enragé

Publication

À venir

  1. A dog with rabies and a detail of its skull. Line engraving. Credit: Wellcome Collection. CC BY []

Emmanuel Porte

Je suis doctorant en histoire moderne à l’UMR 7303 TELEMMe. Dans le cadre de mon contrat doctoral, je suis également allocataire de recherche à la Casa de Velázquez. Depuis septembre 2017, je réalise une thèse sur la coexistence des hommes et des animaux charognards dans les villes françaises et espagnoles (1700-1835) sous la direction de Brigitte Marin (TELEMMe, Aix-Marseille Université) et de Eva Botella Ordinas (Universidad Autónoma de Madrid).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.