Retrouver le monde de Barbakan, chien errant du XVIIIe siècle. Lecture croisée d’une source littéraire et d’actes de la pratique

Barbakan est tout autant un protagoniste littéraire du XVIIIe siècle que le représentant d’une agrégation d’existences. Il est le héraut des chiens errants de ce siècle. Que nous apprend son parcours de la réalité des vécus animaux ? Son itinéraire nous invite à croiser source littéraire et actes de la pratique pour retrouver le monde1 de cet “exceptionnel normal2” artificiel.

Joseph Wright, Head of a Dog, 1774-1775, dessin, Met Museum, New York

Communication dans le cadre de l’atelier IUF « Construire une histoire animale des animaux, 1. Les sources », organisé par E. Baratay, Lyon, 27-29 mars 2018.

Résumé de la communication

«  Tale fuguet la triste vide,

Et la fin enca plus marride

Dau paure dogou Barbakan

Que lou destin mautratet tan ! »3

Ainsi s’achève l’une des œuvres méconnues du père Marin, Les Avantures de Barbakan, chien errant de la ville d’Avignon4. Ecrit provençal inspiré du roman picaresque, ce poème d’une trentaine de pages publié en 1722 retrace la vie et les déambulations du chien Barbakan dans un Midi de la France tantôt champêtre tantôt tourmenté par les affres de la peste. Pour l’historien, la source vient questionner l’expérience d’un chien errant à l’aube du XVIIIesiècle. Elle s’avère alors pertinente tant sur sa forme que sur son fond pour approcher le vécu de ces animaux tel qu’un contemporain en fait le récit, au plus d’une expérience directe.

Source littéraire, elle permet de réfléchir à une conciliation possible entre la construction anthropique d’un discours narratif fictif et le décentrement du regard historien permettant d’atteindre le point de vue de l’animal. De fait, au-delà de la pesanteur du biais romanesque, peuvent se laisser deviner des observations concrètes issues de la vie quotidienne de l’auteur qui alimentent son écriture tout en laissant entrevoir la place que peut avoir un chien errant dans une société donnée. Les situations rencontrées font alors échos à d’autres sources – archives de police, de sénéchaussée – répondant à de toutes autres motivations mais donnant à voir des dynamiques similaires dans les parcours de vie de certains animaux.

Relatant les aventures d’un chien errant parmi tant d’autres, le poème du père Marin se distingue dans son propos en s’intéressant non pas à des animaux célèbres ou exotiques mais à un animal commun, un animal du quotidien qui, d’ordinaire, n’éveille que peu la curiosité. Le regard de l’historien, éclairé par l’éthologie et, plus encore dans ce cas, l’écologie, peut alors se porter sur cet « exceptionnel normal » pour saisir les comportements, les attitudes, les réactions d’un chien au sein d’un environnement spécifique dans une époque particulière (contexte de peste, de croissance urbaine, de mutations des prérogatives policières …). Les Avantures de Barbakan permettent ainsi d’esquisser, sinon de retrouver, un monde oublié, celui des chiens errants du XVIIIesiècle. 

Plan de la communication

  1. « Re-créer » le monde d’un non-humain fictif
    • Déconstruire des sources humaines
    • Croiser sources et approches
    • Construire un « exceptionnel normal » artificiel
  2. Esquisse du monde de Barbakan
    • Une cité pestiférée comme environnement de vie
    • Coexister avec autrui, environnement relationnel d’un chien errant

Publication

À venir

  1. Corbin A., Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot : sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998. []
  2. Grendi E., “Micro-analisi e storia sociale”, Quaderni storici, 1977, vol. 12, 35, p. 506-520. []
  3. « Telle fut la triste vie, et la fin plus misérable encore, du pauvre chien Barbakan que le destin maltraita tant ! », Marin M. A., Les Avantures de Barbakan, chien errant de la ville d’Avignon, Avignon, 1722. []
  4. Marin M. A., Les Aventures de Barbakan, chien errant de la ville d’Avignon, édition critique, introduction et glossaire de Méjean-Thiolier S., Paris, Publications de l’université de Paris-Sorbonne, Coll. du CEROC, 1983. []

Emmanuel Porte

Je suis doctorant en histoire moderne à l’UMR 7303 TELEMMe. Dans le cadre de mon contrat doctoral, je suis également allocataire de recherche à la Casa de Velázquez. Depuis septembre 2017, je réalise une thèse sur la coexistence des hommes et des animaux charognards dans les villes françaises et espagnoles (1700-1835) sous la direction de Brigitte Marin (TELEMMe, Aix-Marseille Université) et de Eva Botella Ordinas (Universidad Autónoma de Madrid).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.