Penser le versant animal des communautés « anthropocanines ». Une approche historique et écologique

Croiser histoire et écologie pour retrouver les communautés “anthropocanines”1 du XVIIIe siècle, tel est l’objet de cette communication. Il s’agit ainsi de cartographier la présence animale en ville, de l’inscrire dans des temporalités séculaires ou ponctuelles. En filigrane, transparaissent les modalités d’interactions entre chiens et êtres humains. Le dialogue transdisciplinaire permet alors de développer un outillage méthodologique et lexical qui aide le chercheur à penser les communautés anthropocanines et leurs dynamiques.

Wenceslaus Hollar, Eleven Hounds, 1625–77, dessin, Met Museum, New York

Communication dans le cadre de l’atelier IUF « Penser du côté des animaux. 2. Croisements disciplinaires », organisé par E. Baratay, Lyon, 19-20-21 mars 2019.

Résumé de la communication

Hybrides, mixtes, anthropozoologiques, les sciences humaines et sociales ont usé de plusieurs adjectifs pour caractériser les communautés que forment les hommes et les animaux. Du côté des sciences de la nature, l’écologie, bien avant l’apparition de ces dénominations, a pris le parti d’étudier les relations interspécifiques entre populations, entre individus en forgeant des méthodes, des modèles, des concepts spécifiques. À l’heure où l’interdisciplinarité est mise en avant, le dialogue des sciences humaines et sociales et des sciences de la nature autour de ces questions paraît fondamental. Plus précisément, c’est à la rencontre de l’histoire et de l’écologie, dans leurs démarches respectives, que ma communication invite à travers l’exemple d’une étude des communautés « anthropocanines » du XVIIIesiècle.

 L’historien désireux d’étudier les communautés anthropozoologiques de l’Ancien Régime est confronté à diverses lacunes documentaires et, s’il demeure en territoire connu, à certaines lacunes épistémologiques. Plus particulièrement, le versant animalde ces communautés s’avère difficile à saisir, à penser, du fait des caractères, à la fois humain et limité, des sources. Bien étudié par l’écologie animale, le cas du chien, présent dans la documentation à cause des problématiques qu’il suscite, offre un terrain favorable à la rencontre de ces disciplines. La réalisation d’une levée de données écologiques à même les sources, l’utilisation d’un ensemble de concepts forgés par l’écologie (ressources, territorialité, interactions interspécifiques), mais aussi la comparaison entre espèces passées et présentes sont plusieurs modalités de ce dialogue interdisciplinaire sur lesquels ma communication se propose de revenir. Ces démarches permettent en effet de mettre en œuvre une lecture historienne des communautés anthropozoologiques et de leur versant animal. Elles renseignent également l’écologue sur l’histoire évolutive des espèces étudiées tout en discutant les notions qu’il a l’habitude de mobiliser. Dans un rapport de réciprocité, histoire et écologie se croisent ainsi pour mieux comprendre certaines trajectoires animales au sein des communautés anthropozoologiques. 

  1. Guillo D., Des chiens et des humains, Paris, Le Pommier, 2009. []

Emmanuel Porte

Je suis doctorant en histoire moderne à l’UMR 7303 TELEMMe. Dans le cadre de mon contrat doctoral, je suis également allocataire de recherche à la Casa de Velázquez. Depuis septembre 2017, je réalise une thèse sur la coexistence des hommes et des animaux charognards dans les villes françaises et espagnoles (1700-1835) sous la direction de Brigitte Marin (TELEMMe, Aix-Marseille Université) et de Eva Botella Ordinas (Universidad Autónoma de Madrid).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.