Mis au ban du cimetière. Charognards et nouvelle appréhension de la nature urbaine (années 1780 – années 1830)

Charles-Louis Bernier, Vue générale prise du point A du plan et embrassant toute la partie du Cimetière qui donne sur la rue aux Fers dessinés le 21 fevrier 1786, 1786, gravure, BnF

Colloque international en écopoétique et humanités environnementales, “Le sauvage urbain: percevoir, penser et vivre avec la nature en ville“, CRESEM-UPVD, Perpignan, juin 2019.

Résumé de la communication

Les cimetières se démarquent dans les paysages urbains de l’Ancien régime. Manifestant une relative absence du bâti, ils représentent des parenthèses de nature ancrées au cœur de la ville, incorporées à l’espace social de la cité. Cette centralité est remise en cause au croisement des XVIIIet XIXesiècles. Dans l’élan de la pensée hygiéniste, des reformes sont mises en œuvre par les pouvoirs publics pour repousser ces espaces vers les marges du territoire urbain. Ce mouvement européen témoigne de représentations nouvelles tant des cimetières que de la nature qu’ils incarnent.

La volonté d’éloignement et d’assainissement des zones de sépulture va en effet de pair avec une domestication de la nature qui y prospère et, plus généralement, de la nature qui trouve désormais sa place en ville. La bonne aération, l’aménagement de parcellaires géométriques, l’émergence de l’ornementation florale contribuent à faire du cimetière un lieu de repos et de quiétude prenant exemple sur l’espace du jardin. Face à ces nouvelles conceptions, certains êtres, les animaux charognards, dérangent. Attirés par la putréfaction des corps que l’on souhaite dissimuler, représentants d’une nature ensauvagée que l’on désire encadrer, ces animaux nuisibles doivent disparaître de l’enceinte du cimetière et de celle de la ville. Paradoxalement, le temps de leur éclipse est aussi celui de leur mise en lumière. Jusqu’alors absents des sources, ils trouvent une modeste place dans les discours des administrateurs et des médecins qui les condamnent ou des écrivains qui les décrivent. 

C’est au croisement de ces trois registres – littéraire, sanitaire, édilitaire – que ma communication souhaite se placer pour questionner les pratiques d’éloignement de certains animaux des cimetières en lien avec les mutations politiques, sociales et culturelles de la fin du XVIIIesiècle et du début du XIXe. Grâce à la mobilisation de réglementations municipales issues de mes terrains d’études (France et Espagne), de traités d’hygiène publique et d’un corpus littéraire international, il s’agira de percevoir l’ostracisme des charognards d’un lieu emblématique de la ville comme le reflet partiel de l’émergence d’une conception nouvelle de la nature urbaine.


Emmanuel Porte

Je suis doctorant en histoire moderne à l’UMR 7303 TELEMMe. Dans le cadre de mon contrat doctoral, je suis également allocataire de recherche à la Casa de Velázquez. Depuis septembre 2017, je réalise une thèse sur la coexistence des hommes et des animaux charognards dans les villes françaises et espagnoles (1700-1835) sous la direction de Brigitte Marin (TELEMMe, Aix-Marseille Université) et de Eva Botella Ordinas (Universidad Autónoma de Madrid).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.