Penser le temps en sciences humaines et sociales

Harold Llyod dans “Monte là-dessus !”, 1928

Journée d’étude des jeunes chercheurs TELEMMe, 2019

Le concept peut paraître trivial. On le côtoie quotidiennement dans des contextes aussi éloignés que le temps de travail ou le temps de cuisson. Dans nos disciplines, quelles qu’elles soient, on le rencontre par l’intermédiaire d’un champ lexical qui y a trait : durées, périodes, rythmes, cycles, événements et bien d’autres.

Mais de quoi parle-t-on, au juste, quand on aborde le temps ? Qu’étudie-t-on à travers les termes liés à la temporalité ? Comment s’approprier ces acceptions plurielles ? Mu·e·s par la volonté de croiser la diversité des regards autour de thématiques transversales, les jeunes chercheurs·euses du laboratoire TELEMMe ont fait le choix de questionner ces notions, en leur consacrant une journée d’études où l’idée de « temporalités plurielles » sera privilégiée.

Organisation: Fabien Bartolotti, Camille Caparos, Lucie Chopard Zoë Dubus, Romain Facchini, Béatrice Hermitte, Soizic Morin, Polina Palash, Emmanuel Porte, Mathilde Vignau.

Davantage d’informations : http://jjctelemme.hypotheses.org/category/le-temps-dans-les-shs-14-mai-2019

Mardi 14 mai 2019 de 9h à 17h, salle Paul-Albert Février, MMSH – Aix-en-Provence


Emmanuel Porte

Je suis doctorant en histoire moderne à l’UMR 7303 TELEMMe. Dans le cadre de mon contrat doctoral, je suis également allocataire de recherche à la Casa de Velázquez. Depuis septembre 2017, je réalise une thèse sur la coexistence des hommes et des animaux charognards dans les villes françaises et espagnoles (1700-1835) sous la direction de Brigitte Marin (TELEMMe, Aix-Marseille Université) et de Eva Botella Ordinas (Universidad Autónoma de Madrid).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.