À propos

Les chroniques charogneuses.

Cohabiter avec les animaux charognards dans les villes françaises et espagnoles (Marseille-Madrid, 1700-1840)

“Chronique, s. f.,

  1. Annales selon l’ordre des temps, par opposition à histoire où les faits sont étudiés dans leurs causes et leurs suites.
  2. Fig. La chronique, les chroniques, ce qui se débite de petites nouvelles courantes.”

“Charogneux, euse, adj.,
Qui tient de la charogne. Vieux.”

Le Littré, Dictionnaire de la langue française, 1863-1877

Comment les hommes et les animaux charognards ont-ils cohabité dans un même environnement, l’environnement urbain, durant les dernières décennies de l’Ancien Régime alors que la ville se réinvente ? Telle est la question que pose ma thèse.

Comment structurer, articuler, partager mes idées en tant que doctorant ? Telle est la question à laquelle tentent de répondre les chroniques charogneuses.

Ce carnet de thèse est ainsi pensé comme un espace d’écriture, de réflexion, d’échange me permettant de postuler et de développer des idées en dehors des cadres traditionnels de la recherche (articles, communications scientifiques…). Il constitue un outil complémentaire à l’avancée de ma thèse.

Sa vocation est triple.

  1. Il présente mon actualité de recherche en tant que jeune chercheur (communications, organisation d’évènements scientifiques, publications…).
  2. Il structure mon travail de thèse. Le carnet est constitué de billets partageant des analyses sur des sources particulières, des lectures diverses ou des réflexions éparses. Par la même occasion, ces exercices d’écriture me permettent de mettre à l’épreuve ma plume sans attendre l’heure de la rédaction de la thèse.
  3. Il fait dialoguer passé et présent à travers diverses rencontres (humaines et animales, du Mercantour au Queensland), à travers l’observation de notre actualité politique et culturelle (de la dératisation parisienne à l’Île aux chiens wes-andersonnienne), à travers un projet de photographie animalière urbaine. Ce carnet permet de faire se rencontrer diverses temporalités, divers registres pour mieux comprendre les interactions qui se jouent au sein des communautés d’hommes et d’animaux. Puisse-t-il donner quelque cohérence à mes errances extra-doctorales.

Ce carnet s’adresse finalement aux curieux de tout type : aux historiens et aux non-historiens, aux dégoûtés de la charogne et aux friands de macabre, à ceux qui penseront aux hyènes du Roi lion à l’évocation des charognards et à ceux qui leur préfèreront le vautour se repaissant des entrailles du divin Tityos. Qui que vous soyez, sentez-vous libre d’ouvrir et de parcourir mes chroniques charogneuses.